CELLULES SOUCHES

CELLULES SOUCHES

picto-cellules-souches-trans-01

Sur les cellules souches
(CONCEMO)

 

L’utilisation des cellules souches en traumatologie est en nette croissance ces dernières années. En raison de sa complexité, seules des unités très bien préparées et avec une équipe médicale humaine très bien formée sont en mesure de réaliser ce traitement et atteindre les résultats attendus.

A l’Hôpital du Sport (Centre de Traitement de l’Arthrose et du Sport) nous utilisons un système optimisé pour concentrer la Moelle Osseuse sur le Point-of-Care avec une manipulation minimum en préservant au maximum la viabilité cellulaire.

Le Concentré de Moelle Osseuse (BMC) que nous obtenons est un produit riche en cellules souche adultes de différentes lignées (mésenchymateuses, progénitrices, hématopoïétiques et endothéliales) et en plaquettes, ce qui lui confère un pouvoir régénérateur, mitogénique, angiogénique et immunomodulateur très élevé.

Avec le BMC du patient lui-même (autologue) nous traitons différentes pathologies, mais nous l’utilisons idéalement pour la réparation de structures endommagées sur lesquelles nous voulons que les nouveaux tissus retrouvent des caractéristiques similaires à celles d’origine.

Les applications :

Fractures
Non-unions / non consolidation (pseudarthrose)
Nécrose osseuse avasculaire (NAV)
Lésions ostéochondrales
Et autres applications dans le domaine de la traumatologie et de l’orthopédie.

L’évidence scientifique a démontré que son utilisation comme thérapie régénératrice, seule ou en complément, accélère les processus de réparation naturelle, en permettant une récupération meilleure et plus rapide du patient. Nos résultats cliniques sont très positifs, mais seulement sur des patients retenus en fonctions de critères bien précis.

ÉVIDENCE CLINIQUE

cas-clinique1-cellules-souches
cas-clinique2-cellules-souches
cas-clinique3-cellules-souches

Cas clinique 1:

Femme, 58 ans. NAV avec douleur et limitation très importante dans la hanche droite. 2 mois après infiltration sous-chondrale de 10ml de BMC : pas de NAV et tête compatible.

Cas clinique 2 :

Enfant, 10 ans. Pas d’union de la portion proximale de la diaphyse radiale (8 mois après la 1ère chirurgie). 6 mois après 6 ml de BMC: consolidation totale.

Cas clinique 3 :

Femme, 54 ans. NAV condyle médial + ulcère chondrale IV + œdème osseux (VAS 9). 2 mois après infiltration sous-chondrale de 12ml de BMC +10ml PRP intra articulaire : pas de NAV, plus d’ulcère, œdème < 80%, VAS 0).